Maison d'hôte - Dar El Medina

Dar el Médina – Hôtel de charme
 
Située au coeur de la médina de tunis, à environ 100 mètres de la kasbah et de dar el bey, la résidence de charme dar el medina vous dévoile ses secrets. choisissez l'une des 12 chambres à la décoration individuelle et faites un séjour de détente unique. chaque chambre a été conçue pour répondre aux attentes des voyageurs modernes les plus exigeants. elles sont disposées tout autour des deux patios intérieurs. très soucieux du bien-être de ses clients, le personnel chaleureux et attentif fait de la résidence dar el medina un lieu très prisé pour votre séjour à tunis. après une journée passée à découvrir tunis et les différents souks entourant la résidence, profitez d'un moment de détente dans le salon de thé ou sur la terrasse située sur le toit, tout en admirant une vue panoramique sur tout tunis.

L’Histoire : La quiétude d’une demeure traditionnelle

Le Dar Bellahouane, occupé de génération en génération par la même famille depuis le XVIIIème siècle, décide de suivre l’évolution de la Médina. Celle-ci attire de plus en plus les visiteurs férus de culture depuis son classement sur la liste du patrimoine mondial en 1979. Les visiteurs ne se contentent plus de quelques heures réservées par les agences pour la découverte de ce patrimoine ; ils réclament une immersion totale dans la vie de la Médina. Ce souhait, c’est le Dar Bellahouane, devenu Dar el Médina, qui le leur offre.

Lorsqu’une famille tunisoise, d’origine turque, ouvre sa paisible demeure à des hôtes, elle le fait dans les règles de l’hospitalité ancestrale, règles perceptibles dès l’accueil. On a aboli la chicane, faite pour filtrer les visiteurs dans l’organisation de la vie patriarcale.
L’entrée se fait par un couloir clair et agrémenté de verdure, avec une vue en enfilade sur la réception.
A gauche de l’entrée, s’ouvre l’ancien makhzen (magasin à provisions de la famille). La brique des voutes et la pierre des murs s’habillent d’un enduit ocre pour accueillir la salle à manger.

La cour à ciel ouvert doit sa sobriété à l’élégance de la pierre calcaire (kadhal) du pavement, des encadrements des portes et fenêtres ainsi que des colonnes et chapiteaux de l’étage. Ici, le marbre blanc de Carrare n’a pas réussi à déclasser le kadhal comme partout ailleurs dans les demeures quelque peu riches. Seule la niche abritant la bouche de la citerne est bien en évidence avec son arc à claveaux noirs et blancs.

Le salon correspond à une ancienne chambre conjugale sachant qu’autour de la cour cohabitaient le père et les fils mariés. Le salon a conservé une belle frise en plâtre sculpté dont la blancheur éclatante contraste avec la polychromie du plafond en bois peint.

Les dames, jadis, s’activaient dans la cuisine commune sous l’œil vigilent de la belle-mère. L’espace, aménagé aujourd’hui en café maure, est méconnaissable. Des banquettes couvertes en tapis en flig (tissage des tentes de nomades) et une profusion de coussins aux couleurs douces invitent au repos.

Les chambres des hôtes, au nombre de douze, se répartissent autour de la cour principale et d’une deuxième cour à l’étage. Celle-ci présente un ingénieux calepinage au sol, fait d’un patchwork de vieux carreaux polychrome.
Les chambres sont si différentes qu’il est difficile de donner sa préférence à l’une au détriment de l’autre. Chacune a son plan, sa décoration, sa lumière et son ambiance.

On ne peut pas quitter le Dar el Médina sans profiter de la superbe vue panoramique offerte par ses terrasses.

La petite histoire : La chambre conjugale

La chambre est l’équivalent d’un appartement. Bien que d’un seul tenant, elle répond à diverses fonctions.

Face à l’entrée, un défoncement, le qbou, est meublé de trois banquettes en U ; il est réservé à la réception.

A droite et à gauche de l’entrée se prolongent les côtés de la pièce dont chaque extrémité ou tarkina est meublée par un grand lit qui occupe toute la largeur de la pièce. Il est surmonté par un ciel de lit et est fermé, en partie, par un devant de lit en boiserie finement ouvragée peinte ou ouvragée et dorée. Il apparait ainsi comme un écrin douillet et richement tapissé. La garniture est constituée d’un matelas bourré de laine, de trois traversins et de plusieurs coussins. Les murs, sur les trois côtés, sont tapissés d’un riche hayti, tentures de soie, garnies d’applications en couleur qui protègent du contact froid des faïences murales. Les deux maksoura (chambrettes) flanquant l’alcôve salon sont réservées aux enfants ou simplement comme espace de rangement.

Cette chambre polyvalente, utilisée à la fois comme salon, chambre des parents et chambre des enfants, portait le nom de la mère de famille qui l’occupait et qui en était, symboliquement et de fait, la maîtresse. Ainsi autour de la cour sont désignées les chambres.
Le Dar el Médina perpétue cette tradition qui honore la femme en donnant à ses chambres des prénoms féminins puisés dans le répertoire d’antan ; elles s’appellent Douja, Daddou, Fafani ou Bibi…

64, rue Sidi Ben Arous 1006 Tunis
Tel : +216 71 56 30 22
www.darelmedina.com

Unavailable player

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.